所有文章 Tous les articles


1 - 出发前 Avant le départ

Posté le 18/09/2013 à 09h50

Laisser un commentaire

Avant toute chose, pour ceux qui découvrent ce site sans me connaître, vous trouverez une courte présentation me concernant à cette page.

 

Voilà bientôt un an que je désire partir en Chine.

À vrai dire, quelques temps après mon premier voyage en Asie, j'ai su que j'y retournerai. Lors de ce mois passé au Vietnam et en Malaisie, en août 2009, à vadrouiller sac au dos avec Antonin, mon meilleur ami, j'ai décidé que plus jamais je ne voyagerai autrement. Terminé les agences de voyage, les groupes et les circuits organisés. À moi la liberté de choisir où je veux aller et rester, à l'écart des groupes et des contraintes liées à ce genre de voyages. 

 

Près de Sapa, au Nord du Vietnam

sapa vietnam

 

Restait à trouver la destination...

Japon ? Trop cher...je préfère partir plus longtemps avec mon budget. Laos ? Inde ? Thaïlande ? Chine ? Cambodge ? Ailleurs ? Tellement de choix... Après tout, il ne s'agit pas de choisir le seul pays que je souhaite visiter, mais simplement le prochain. J'aurai tout le temps d'en visiter d'autres dans les années à venir.

 

Les "Perenthians Islands" en Malaisie

perenthians islands

 

Partons sur la Chine... D'ailleurs, cette destination convient à la personne avec qui je dois partir. Enfin...devais. Dès le début, je me suis dit que je voyagerai à nouveau à deux. Voire à quatre personnes. Mais pour cela, il faut trouver d'autres gens qui seraient succeptibles de bien s'entendre pendant plusieurs semaines, qui auraient les mêmes goûts, les mêmes désirs, le même dynamisme, la même curiosité et la même ouverture d'esprit. Hélas, après quelques faux espoirs, je n'ai trouvé personne qui veuille partir ou qui soit disponible. Qu'à cela ne tienne, je ne veux pas annuler mon voyage : je partirai seul.

 

Antonin, moi et une voyageuse rencontrée sur la Baie d'Halong, en 2009

halong antonin

 

 

Partir seul...

J'ai eu l'occasion d'expérimenter une semaine seul en Malaisie, un peu contre ma volonté, puisque mon meilleur ami devait rentrer en France plus tôt que prévu. Sans être une mauvaise expérience, cela n'a pas non plus été l'éclate...d'autant que je n'avais plus de guide papier pour m'aider dans mes choix. 

Alors la Chine en solitaire...sans parler de la culture différente, il faut prendre en compte la langue et l'écriture qui me sont totalement inconnues. S'ensuit donc une période de doute...partir...partir plus tard...ne plus partir ? Je parcours les sites Internet, à la recherche de récits de voyageurs solitaires, afin de tirer profit de leur expérience, de leur ressenti, de leurs idées. Et à force de lire des commentaires rassurants, qui soutiennent que les expériences insolites sont plus nombreuses, que les autochtones sont plus ouverts et moins méfiants envers une personne seule...j'ai décidé de tenter l'aventure. Après tout, qu'est-ce que je risque, sinon d'en prendre plein les yeux ?

 

Des choix à faire

La Chine est grande, très grande : presque aussi étendue que l'Europe en fait. Étant entre deux contrats de travail, la seule contrainte que j'ai est le budget. Combien de temps partir avec 2000 à 2500€, tout compris ? Les dépenses sont déjà plus élevées qu'au Vietnam, et d'après ce que j'ai lu, tout y est payant : sites naturels comme sites archéologiques ou culturels. Bon...en étant raisonnable, je pense pouvoir partir cinq à six semaines. 

Scène tirée du film HeroMaintenant, quels endroits visiter ? Je n'aime pas spécialement les villes en général, je préfère de loin la nature, les sites historiques et particulièrement ceux de l'époque médiévale. Forcément, bercé par les films tels que Hero ou Le Secret des Poignards Volantsj'aimerais voir le genre de merveilles qui sont dépeintes dans ces œuvres. Alors, pour savoir que voir, je dévore le Guide du Routard et le Petit Futé, ainsi que des dizaines de sites et de reportages. Le voyage dans l'esprit, avant le voyage réel.

Mais il y a tellement à voir ! Hélas, pour davantage profiter des lieux visités, il faut se forcer à rayer des destinations de la liste. Tant pis, j'irai voir le Zhangjiajie une autre fois. Faire du cheval en Mongolie Intérieure ? Pas pour cette année. Visiter Shanghai ? Non plus. Le Tibet ? Hélas, ni le temps ni le budget...mais je pense avoir trouvé une alternative satisfaisante avec moins de contraintes politiques : le nord du Yunnan.

Bref, l'itinéraire est désormais fixé...dans l'idéal. Je verrai sur place si je le maintiens ou non. Avec l'aide des membres de Voyage Forum, j'ai pu me décider sur quoi voir et combien de temps rester à chaque endroit. Cet itinéraire prévisionnel est visible à cette page. (L'itinéraire définitif est quant à lui ici).

 

Tout seul...ou pas

Alors que je cherchais un autre compagnon de voyage sans grande conviction, mon père m'a fait part de son désir de venir. Après lui avoir montré l'itinéraire que j'avais préparé, il a confirmé sa volonté de se joindre à moi, mais pas pour toute la durée du voyage. D'ailleurs, après plusieurs semaines de réflexion sur le fait de partir seul, je m'étais fait à cette idée...et ne voulais plus tellement être accompagné. Mais je pense que trois semaines seul, pour une première fois, c'est déjà bien. 

 

Près du Mékong, au Vietnam

mekong vietnam voyage

 

Afin de ne pas ressentir le même manque que lors de mon séjour en Malaisie, où je m'étais retrouvé seul après trois semaines en compagnie de mon ami, j'ai pensé qu'il serait mieux de faire la première partie seul, et que mon père me rejoigne pour la seconde partie. Aussi, j'ai inversé l'itinéraire. Au lieu de commencer par Pékin et descendre vers Xi'an puis Guilin, pour terminer par le Yunnan, je ferai le trajet inverse. Cela permettrait à mon père de découvrir les "immanquables" de la Chine : l'armée enterrée de l'empereur Qin, Pékin, la Grande Muraille...

 

La barrière de la langue

Avec ce changement d'itinéraire, j'ai le sentiment que l'arrivée sera plus difficile pour moi : je comptais débuter doucement à Pékin où davantage de gens ont quelques rudiments d'anglais, avant de m'enfoncer dans les terres et me retrouver sans repères. Alors que là...je vais être largué à Kunming...où presque personne ne parle anglais. J'ai retenu les conseils glanés ça et là sur le net : je me suis acheté un petit guide de conversation Berlitz  pour m'aider dans les situations quotidiennes (logement, nourriture, transports...). Bien entendu, il existe d'autres guides de ce genre, mais après en avoir parcouru plusieurs en rayon, j'ai choisi celui-ci pour sa petite taille et parce que chaque phrase est écrite en français, en pīnyīn et en caractères chinois. Cela permet de faire lire la phrase directement à la personne, pour peu qu'on ne sache pas correctement la prononcer. J'ai du coup commencé à apprendre quelques mots de chinois...ou plutôt quelques formules de politesse.

 

Sentiments

Maintenant que les billets d'avion sont réservés, que l'itinéraire est fixé et qu'il ne reste plus que le Visa à aller chercher, je réalise peu à peu que je vais vraiment y aller. Il n'a jamais été question d'annuler le voyage, mais lorsqu'il reste des mois avant le départ, on ne voit pas les choses de la même manière. Désormais, c'est sûr, j'y vais ! Je suis partagé entre l'excitation du départ, la hâte d'y être et...la trouille ! C'est quand même une sacré aventure que de se retrouver seul au bout du monde, sans aucun repère, sans pouvoir parler facilement aux gens...et avec une certaine timidité. Au moins, cela me forcera à m'ouvrir, et je pense vivre quelques situations qui resteront gravées dans ma mémoire pour un bon bout de temps. Humour et patience...deux qualités conseillées lorsqu'on part en Chine. La première, je l'ai à ras bord...la seconde dépend des situations ! 

Quoiqu'il en soit, je meurs d'impatience d'en prendre plein les yeux. J'espère avoir l'occasion de faire du vélo sur les murailles de Pingyao, de découvrir les portes du Tibet à cheval, de me laisser bercer sur les eaux de la Rivière Li, de déguster les merveilles culinaires chinoises et tant d'autres choses... 

Plus que quelques semaines à attendre...

 

(Si vous souhaitez être prévenu dès qu'un nouvel article est posté, n'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter).


2 commentaires
Laisser un commentaire


2 - 抵达中国 Le trajet et l'arrivée en Chine

Posté le 20/11/2013 à 16h26

Laisser un commentaire – Mercredi 20 Novembre –

Ca y est !

J'y suis !

La Chine !

Et on peut dire que la "route" a été longue : levé à 7h, parti à 16h de la maison, coincé dans les bouchons, l'avion pour Pékin décolle à 19h30, pas de soucis. J'arrive à 12h30 environ à Pékin (5h30 en France)...et là, une annonce nous apprend que l'avion entre Pékin et Kunming  aura un retard de 15 minutes... Si seulement c'était vrai... En fait ces 15 minutes se sont transformées en 3h de retard ! 

Après être sorti de l'aéroport de Kunming, je suis monté dans un bus pour le centre-ville (heureusement qu'ils écrivent tout de même les chiffres arabes, parce qu'à part le "1", je n'avais aucune indication sur le fait que c'était bien le bon bus). J'ai pu discuter un peu avec ma voisine, originaire de Pékin et qui vient à Kunming une fois par mois, pour le travail. On a pu parler de nos vie, de la nourriture locale (ben oui, il y a plusieurs sortes de vers : selon les insectes, ils n'ont pas tous le même goût !)... Elle m'a spontanément apporté son aide afin que je descende au bon arrêt, et m'a ensuite guidé jusqu'aux "vrais" taxis, pour que je ne me fasse pas embarquer par des taxis clandestins. 

Je suis donc arrivé dans mon auberge de jeunesse, en dortoir 4 lits (une première pour moi !), mais il semblerait que je n'aie pour l'instant qu'un seul "colocataire". Le soucis c'est qu'il ne parle presque pas un mot d'anglais (il a fallu deux minutes pour lui faire comprendre le typique "moi Morgan, et toi ?")...du coup, ce n'est pas avec lui que je risque d'arpenter les rues demain...bien que...on ne sait jamais !  

 

Allez, comme ça fait environ 35h que je suis debout, je commence à être un peu mort... Je voulais faire une petit présentation de la ville en vidéo avant de me coucher, mais parler seul à une caméra alors qu'il y a des gens autour...j'ai encore du mal. Pas de photos non plus, mais il n'y avait rien d'intéressant à prendre, donc ça attendra demain ! 


4 commentaires
Laisser un commentaire


3 - 西山筇竹寺 Kunming : les Monts de l'Ouest et le Temple des Bambous

Posté le 21/11/2013 à 16h43

Laisser un commentaire – Jeudi 21 Novembre –

La journée commence bien ! Le temps de me laver un coup, une troisième personne s'était installée dans le dortoir...enfin quelqu'un qui parle anglais ! Nan...je rêve ? Français ? Un Belge ! Quel coup de chance !

Comme ses plans pour la journée correspondaient exactement à ce que je comptais faire le lendemain, j'ai inversé mon itinéraire pour l'accompagner : direction les monts de l'Ouest ! Le temps est parfait, le ciel est bleu, et je peux même me balader en t-shirt (ça change des 3-4 degrés que j'ai quitté en France). Ce n'est pas pour rien que Kunming signifie "La Ville de l'Eternel Printemps"...

C'est donc après environ 1h de bus que nous arrivons aux pieds de ces montagnes où la visite de nombreux temples nous attend. L'ascension commence ! Eh oui, la découverte de cette montagne réclame des efforts : sur la route, par les escaliers, les sentiers ou dans des grottes, c'est une petite dizaine de kilomètres de grimpette que nous allons faire.

Plan des Monts de l'Ouest

plan des monts de l'ouest

Toute la journée aura été consacrée à la visite de différents temples. Certains tout petits, d'autres biens plus imposants, composés de plusieurs bâtiments. Les nombreuses couleurs et dorures contrastent beaucoup avec les monuments religieux grisâtres occidentaux !

Le premier temple visité se nomme "Shengan Temple", en bas de 210m d'escaliers irréguliers. Petite cour sympathique, aucun touriste n'a pris la peine d'affronter les marches pour venir le visiter. Il faut dire qu'à part Philippe (mon compagnon de route belge) et moi, il n'y a aucun blanc dans les parages. D'ailleurs, à part une jeune fille que j'ai croisé dans le bus de l'aéroport, c'est le seul occidental que j'ai vu depuis que j'ai quitté Pékin. Tant mieux ! Je ne suis pas venu ici pour voir une foule de touristes. Bon...des touristes, il y en a quand même un peu, mais chinois...du coup l'effet n'est pas le même. Ce qui est drôle c'est que certains ont entrepris l'ascension des monts en tenue du dimanche...les filles ont même des talons hauts, tandis que nous peinons avec nos chaussures de marche.

Shengan Temple

shengan temple

Nous poursuivons sur environ 2km et arrivons à l'entrée du temple "Huating" (littéralement "Le temple du pavillon majestueux"). L'entrée est payante, mais comprend un second temple un peu plus loin. Celui-ci s'agence autour d'un petit étang où baignent quelques tortues d'eau. Les clochettes sonnants au gré du vent, l'atmosphère est très sympathique, et le lieu n'est pas beaucoup fréquenté. Une autre salle renferme une collection impressionnante de 500 arhats (statuettes d'or bouddhiques).

Huating Temple

lac huating temple

Petite cloche suspendue

huating temple

 

La cour intérieure, derrière le premier bâtiment

huating temple inside

 

 

Seconde partie du temple Huating

seconde vue du temple huating

 

La grimpette continue, et trois kilomètres plus loin, nous visitons le "Taihua Si" (temple de la Splendeur Suprême).

Note : Il est possible que je me trompe dans la dénomination des photos, les temples étant très nombreux et photographiés sous différents angles...disons que je vous fait part d'un petit échantillon choisi.

 

Taihua Si

taihua si

Le Taihua Si est le plus ancien des temples des Monts de l'Ouest. Il date de 1306.

taihua si

 

En nous balladant, nous tombons sur un petit "restaurant" végétarien (il y en a souvent à côté des temples). Philippe étant lui-même végétarien, nous profitons de l'occasion (et aussi parce qu'il est 13h et des brouettes) pour nous restaurer, en désignant les plats des autres personnes qui mangent pour nous faire comprendre (le serveur a beau insister pour que nous regardions le panneau...quand on ne sait pas lire chinois, ça ne nous avance pas beaucoup !).

Nous poursuivons notre route après ce petit festin, et arrivons sur une place nettement plus moderne et où les touristes sont plus nombreux. Les autres temples étaient assez vides, et pourtant c'étaient certainement les plus intéressants. Mais les chinois veulent voir "The Dragon Gate" (la porte du dragon). C'est la photo cliché des Monts de l'Ouest. Pour y aller, deux solutions : grimper à pied, ou prendre un télésiège. Etant un peu pressés par le temps, et motivés par la présence d'une "mini forêt de pierre" sur le passage du télésiège, nous choisissons cette option. Côté gain de temps et d'énergie, nous sommes d'accord...par contre des "forêts de pierre" comme ça, j'ai des rochers plus convainquants à quelques minutes de chez moi ! La vue sur la ville et le lac en contrebas valent cependant le coût du billet. 

Vue du sommet des Monts de l'Ouest sur Kunming et le lac Dian

kunming vue des monts de l'ouest

 

Après quelques centaines de marches descendues, et d'autres petits temples visités, nous parvenons à la fameuse Dragon Gate. Sauf qu'en fait, sur le moment, nous n'avons pas compris que c'était celle-là. Avec un nom pareil, on s'attendait à une porte énorme...et en fait...bah non, c'est ça :

dragon gate

La photo ne le montre pas, car j'essaye toujours d'éviter d'avoir des gens sur mes photos, mais en fait le petit rebord sur lequel nous nous trouvons est rempli à ras bord de chinois, qui posent tour à tour devant la porte qui ne fait donc qu'un mètre de large environ.

La descente se termine à flanc de falaise, voire carrément dans des passages creusés dans la roche par un moine et ses disciples, il y a fort longtemps. Nous rebroussons chemin, prenons un bus, puis un second, puis un taxi, et là, c'est le moment magique de la journée : le temple des bambous.

En fait, en y allant, nous n'étions pas sûrs de pouvoir y entrer. Un guide (papier) disait que le temple fermait à 16h30 tandis que l'autre mentionnait 19h30. Nous y sommes arrivés vers 18h...et si la porte d'entrée était encore ouverte, rien n'indiquait qu'il accueillait encore des visiteurs. Le guichet était fermé...du coup nous sommes entrés, dans l'espoir d'en voir le plus possible avant de nous faire jeter dehors.

Entrée du Temple des Bambous

entrée bambou temple

Le premier bâtiment étant similaire à une autre temple illustré plus haut, voici directement le hall principal :

bambou temple

Quelques personnes sont assises dans la cour principale et discutent, un peu surpris de nous voir ici. Mais contrairement à ce que nous pensions, c'est avec joie qu'un moine est arrivé en courant pour nous ouvrir les portes des salles intérieures du temple ! Une visite privée, rien que pour nous, sans aucun touriste... (La photo est un peu floue, parce que je l'ai prise discrètement...).

moine temple bambou

Ces deux salles identiques ont leurs murs recouverts de statues luohan : les protecteurs et conservateurs de la loi bouddhique. (Les photos sont interdites dans ces deux salles, mais les stautes sont similaires à celles que l'on voit à droite de la porte sur la photo ci-dessus). C'est plein de passion qu'il nous donne le nom de quelques unes de ces luohan...tel nom chinois, une autre représentant Confucius, Marco Polo, et même Jésus ! Une autre représente "un homme noir"...il n'a pas de nom, mais il semblerait que ce soit déjà un honneur qu'il soit là.

temple des bambous

 

Arrière du troisième bâtiment

temple des bambous

 

Bref, la nuit commence à tomber, et nous sommes conscient du privilège que nous avons de pouvoir visiter ce temple sans aucun autre touriste. L'ambiance qui règne fait vraiment penser aux idées qu'on se fait de la Chine traditionnelle : calme, sereine, lente... On se croirait clairement dans un film médiéval...exactement ce que j'adore !

Nous montons quelques marches et nous retrouvons dans un couloir couvert, aux côtés ouverts et garnis de lampions (hélas éteints). Un moine marche silencieusement, fumant sa cigarette. La vue sur l'ensemble du temple est sympathique.

 

 

Après cet épisode magique, nous quittons le temple, qu'un habitant ferme derrière nous. Ne trouvant ni bus ni taxi, nous marchons quelques kilomètres à pied au bord de la route, signalant notre présence à la lumière d'une lampe torche et d'un smartphone. Une demi-heure plus tard, un petit van-taxi s'arrête et nous prend, puis nous dépose à la station de bus où nous souhaitons aller. Hélas, après une heure sans reconnaître les rues, nous nous apercevons que nous sommes de retour à l'arrêt de bus mentionné : nous sommes partis dans le mauvais sens et avons fait toute une boucle pour rien... C'est donc particulièrement fatigués que nous rentrons à l'auberge de jeunesse, où nous discutons quelques instants avec d'autres backpackers que Philippe à rencontré précédemment lors de son périple. Je les laisse à leurs discussions et rentre me coucher...

 

Si vous souhaitez en voir encore plus, je vous invite à aller voir cette vidéo.

 


13 commentaires
Laisser un commentaire