随机文章 Articles au hasard

Un petit aperçu des terres islandaises...

Posté le 20/10/2014 à 21h13

Laisser un commentaire

Salutations à tous !

Eh oui...je n'ai pas tenu parole... J'avais promis une nouvelle vidéo sur la Chine d'ici fin août, début septembre et...je n'ai pas eu le temps ! Je suis trèèès occupé (et beaucoup invité !), dans le sud !

Je reviens donc vers vous, non pas avec une vidéo asiatique, mais bien un film d'une quinzaine de minutes racontant mon périple de cet été en Islande. C'est hors-sujet, mais je pense que vous ne m'en voudrez pas...et puis je fais ce que je veux d'abord, c'est mon site, na !

Pour rappel, j'étais de nouveau parti seul en Islande durant trois semaines avec comme objectif de faire le tour de l'île en stop, avec ma tente sur le dos... Mission accomplie ! Des moments éprouvants, mais les plus beaux paysages que j'ai vu de toute ma vie et de belles rencontres.

À regarder de préférence en Haute Définition et avec le son :

 

Je vous laisse savourer et dès que j'ai un peu plus de temps, je me replonge dans le montage des vidéos chinoises ! À bientôt !


5 commentaires
Laisser un commentaire


26 - Guilin : Colline de la Trompe d'Eléphant et Mausolée

Posté le 20/12/2013 à 12h38

Laisser un commentaire – Dimanche 15 Décembre –

(Petite précision : normalement, nous aurions dû faire une randonnée entre les villages de Ping'An et Dazhai, mais la compagnie aérienne a supprimé notre vol entre Guilin et Xi'An. Aussi, nous avons dû en racheter un qui part le matin, au lieu du soir. En perdant cette journée, j'ai jugé plus raisonnable de supprimer cette étape et d'aller directement à Xingping, après la visite de Guilin).

 

La pluie ne s'est pas arrêtée pour cette seconde journée à Guilin. Et par moments, ça tombe fort ! Aussi, nous faisons l'acquisition du "vêtement" le plus classe qui soit : une pèlerine en plastique ! C'est moche, mais au moins nos sacs et nous-même prenons moins la flotte. 

Nous nous rendons au parc de la Colline de la Trompe d'Eléphant, un pic troué par l'érosion, qui a l'allure d'un éléphant plongeant sa trompe dans le fleuve. La ville de Guilin a fait de ce lieu son emblème, et c'est aussi le logo de la chaîne de télévision locale. Sur le chemin, des statuettes de pachydermes décorent les rembardes. 

colline elephant guilin

colline de la trompe de l'éléphant guilin

guilin pluie chine

 

Après avoir profité de la vue, bien que gênés par les gouttes, nous grimpons les marches vers le sommet de la colline. Une petite pagode la surplombe, et une plateforme permet de voir Guilin d'en haut.

 

La Chine est un escalier sans fin...

escalier chine

pagode guilin

 

Sous l'autre versant de la colline, des tables en pierre ont été installées où la falaise est creusée : même avec un temps pareil, des joueurs s'y amusent. 

joueurs chinois

 

Une grotte s'ouvre précisément sous la trompe de l'éléphant :

trompe elephant guilin

 

Un peu plus loin, nous découvrons un petit sanctuaire, contre la falaise, où quelques statuettes bouddhiques sont présentées près d'une grande cloche.

bambou chine

cloche sanctuaire

 

En faisant quelques pas, on tombe sur un musée dédié à l'historique de la colline. On comprend alors qu'elle a été utilisée durant des guerres, comme point fort stratégique. En effet, elle est percée de plusieurs grottes, et garde l'accès au fleuve. Du coup, des armes sont exposées, ainsi que des dessins montrant des assaillants sur des radeaux.

musée guilin trompe éléphant

 

Nous terminons notre visite du parc par une exposition/magasin d'alcool de riz. Séance de dégustation et nous nous offrons trois petites fioles différentes. Nous empruntons ensuite un taxi vers le Mausolée des Princes de Jingjiang, à quelques kilomètres à l'Est de la ville. Les princes de Jingjiang sont issues d’une branche de la dynastie Ming qui décida de décentraliser les pouvoirs au XIVème siècle. Leur mausolée est basé sur le modèle des tombeaux Ming de Pékin, en plus petit. Le premier site présente, après l'entrée, une Voie des Esprits, qui consiste en une succession de statues le long de l'allée. Le pavillon du fond n'est éclairé qu'en partie, mais de superbes peintures sur les murs et le sols donnent une impression de relief saisissant.

mausolée des princes de jingjiang

tombeaux princes jingjiang

guilin jingjiang mausolée

tombeau guilin

 

Nous galérons à nous faire comprendre pour que l'on nous amène au second site, car notre ticket en mentionne trois, et des minibus sont garés sur le côté. Mais comme nous sommes les seuls touristes, les guides ne sont pas très enthousiastes à nous y emmener. Nous parvenons tout de même à aller voir un tumulus, et nous faisons rembourser le troisième site, car selon eux, avec le temps qu'il fait, cela ne vaut pas la peine.

tertre tumulus guilin

 

Le taxi nous ramène à l'auberge, où nous récupérons nos sacs avant de prendre un bus pour Yangshuo.

 

Le personnel de Backstreet Guesthouse

backstreet guilin

 

Hélas, nous sommes tombés dans le piège de rabatteuses qui nous ont demandé de les suivre, et l'autocar s'arrête toutes les deux minutes pour ramasser d'autres gens : le temps de trajet est doublé. Auparavant, Yangshuo était un point de départ intéressant pour la croisière sur la rivière Li, mais le tourisme lui a fait perdre son charme. Aussi, nous y posons les pieds à peine deux minutes avant de monter dans un minibus pour Fuli, où nous pensons visiter un marché local et peut-être passer la nuit. Mais le chauffeur nous dépose au fin fond de la ville, et nous ne trouvons ni marché ni auberge. Une bonne heure de marche avec nos sacs passe, toujours sous la pluie, et dépités, nous prenons un bus pour Xingping, qui était notre but final.

 

Un vieux temple fermé, à Fuli

temple fuli

 

Comme dans toute la région, les pics karstiques parsèment le décor, et nous pourrons en profiter de plus près dès le lendemain, car la nuit est tombée tandis que nous nous approchions de ce gros village.


Laisser un commentaire


37 - 天安门 Pékin : Place Tian'anmen, Hutongs et Ancien Palais d'Été

Posté le 02/01/2014 à 18h36

Laisser un commentaire – Jeudi 26 Décembre –

L'hôtel où nous avons dormi n'avait de la place que pour trois nuits, à cause des fêtes...et comme il coûtait cher, j'ai cherché sur le net un autre hébergement plus économique. J'en ai trouvé un pour 60 yuans de moins juste à côté de la place Tian'anmen, en face de la Cité Interdite. Nous prenons donc le métro pour l'atteindre, et après avoir posé nos sacs, profitons de la proximité pour nous rendre sur la troisième plus grande place du monde. Avant de l'atteindre, nous découvrons "Qianmen" qui est une porte de l'ancienne muraille de Pékin. 

qianmen pékin


Nous empruntons un souterrain pour traverser la route, puis constatons qu'on ne peut pas fouler la place si facilement : il faut d'abord faire scanner son sac par la police (cette mesure de sécurité est également présente à l'entrée de tous les métros...c'est déroutant au début mais on s'y fait rapidement). Sauf qu'il y a déjà une très longue file, de quoi patienter au minimum une demi-heure...pas tellement envie d'attendre si longtemps. Nous marchons un peu plus loin, pour traverser de nouveau la route par une autre sortie, et depuis ce souterrain-là, il est aussi possible de passer les barrières pour accéder à la place Tian'anmen...avec une queue bien plus réduite ! 

place tian'anmen

 

Cela confirme un point que j'ai pu noter sur le comportement des chinois : encore plus que les français, ce sont de vrais moutons ! Dès qu'ils voient une file, ils la rejoignent sans chercher une autre solution. Déjà dans le métro, pour acheter un billet, il nous a suffit de marcher quelques dizaines de mètres supplémentaires pour éviter de patienter trois plombes derrière un guichet bondé et en atteindre un presque désert. Cette tendance nous a tellement surpris que nous en avons déduit que les chinois n'apprécient pas d'être seuls ! Ils visitent tout en groupe et semblent parfois destabilisés de se retrouver isolés. Dans un pays où la population dépasse 1,350 milliard, on peut comprendre cette habitude...

mausolée de mao zedong

 

Bref, tout ça pour dire qu'en cinq minutes, nous avons finalement eu accès à la place Tian'anmen. Et tout de suite, quelque chose attire notre attention : le nombre incalculable de caméras de surveillance ! (Bon en fait, on a déjà vu la place de nuit trois jours avant...mais je n'en ai pas parlé pour garder le suspense !). Je pense pouvoir affirmer qu'il s'agit de l'endroit le plus surveillé sur Terre ! Chaque lampadaire est décoré de six ou sept caméras...j'avoue ne pas avoir essayé de compter leur nombre total mais il doit être colossal ! Il faut dire que cette place a été le théâtre de pas mal d'événements marquants. Plusieurs fois, des manifestations s'y sont produites, notamment en 1989 où les soldats ont tiré sur la foule pour un total de plus de 3000 morts. C'est aussi ici  qu'un homme a bloqué la progression d'une colonne de 17 chars. Et plus récemment, le 28 octobre 2013, un attentat a fait 5 morts et 40 blessés. Donc bon...on peut comprendre cette certaine paranoïa.

 

Les caméras (photo prise durant la balade nocturne à notre arrivée à Pékin)

caméras tian'anmen


Au milieu de la place s'élève le Mausolée de Mao Zedong où se trouve le corps embaumé du dirigeant chinois. Un peu plus au Nord est érigé un grand obélisque de 38 mètres de haut appelé "Monument aux Héros du Peuple". Et enfin, en continuant sur notre lancée, c'est la Porte de la Paix Céleste qui nous attend, d'où Mao a proclamé la République populaire de Chine le 1er octobre 1949, événement rappelé par un grand portrait du dirigeant chinois. 

 

Monument aux Héros du Peuple

monument aux héros du peuple

 

Eh oui, le ciel bleu est de retour !

porte tian'anmen

 

Comme la visite du mausolée ne nous intéresse pas spécialement, et que je ne veux pas bacler la visite de la Cité Interdite, nous descendons prendre le métro pour le quartier de Nanluoguxiang. Il s'agit d'une partie de la ville où existent toujours ce qu'on appelle les "hutongs", des allées et ruelles étroites typiques de la vieille ville. Sauf que maintenant, les axes principaux ne sont qu'une succession de boutiques et restaurants pour touristes. J'imagine qu'ailleurs à Pékin, on peut trouver des hutongs plus rustiques, mais ici, ils nous ont juste permis de nous restaurer et de nous balader une demi-heure. 

 

Les filles adorent porter de mignonnes oreilles d'animaux

hutongs pékin

 

Le soleil, dans son infinie bonté, nous accordant encore quelques instants de lumière, nous décidons d'aller visiter un parc à une dizaine de kilomètres de Pékin. Heureusement, le métro va jusque là, à savoir la station "Yuanmingyuan". En fait, si maintenant c'est un parc, à l'origine, c'était un palais d'Eté édifié par l'empereur Qianlong en 1707. Il y a fait composer une centaine de paysages, réels ou imaginaires, et bâtir des palais, jardins et bassins calqués sur l'architecture italienne ou française. Si bien que l'endroit a été qualifié de "Versailles de l'Orient".

yuanmingyuan

 

Plan de l'immense parc

carte ancien palais d'été

 

Hélas, le corps expéditionnaire franco-anglais l'a anéanti en 1860...puis en 1900. Les pierres du palais ont alors été pillées et utilisées pour bâtir d'autres édifices. Le parc mérite toutefois le détour...surtout qu'en plein hiver, toutes les pièces d'eau sont gelées ! 

ancien palais d'été pont

parc pékin chine

lac ancien palais d'été pékin

 

Des jeunes semblent y mener une chasse au trésor, quelques intrépides traversent un immense lac...à pied...jusqu'à une lointaine île. Nous nous y promenons une heure et demi (jusqu'à la fermeture du parc, en fait, à 17h30). Après un dîner dans les parages, nous retournons près de Qianmen, dans la ruelle un peu délabrée qui abrite notre nouvelle auberge.

ile yuanmingyuan


Laisser un commentaire


Voir tous les articles